Pourquoi Black Areca ?

Les opportunités d’affaires offertes par le continent Africain aux exportateurs et aux investisseurs aussi bien industriels que financiers – banques, assurances, sociétés de financement, fonds d’investissements … – sont innombrables avec des marges et des taux de rendement interne inégalés ailleurs dans le monde.

Pour y réussir, il est indispensable de savoir s’adapter aux spécificités de chacun des marchés africains.
L’Afrique, tout comme les autres continents, n’est pas homogène et elle abrite autant de marchés différents que de pays ou même de régions au sein d’un même Etat.

Le financement et la couverture des risques sont deux autres facteurs clé de succès plus critiques en Afrique qu’ailleurs dans le monde.

Enfin, la capacité à mettre en œuvre localement un projet, quel que soit le secteur et quelle que soit la taille, contribue fortement au succès des opérations entreprises dans cette partie du monde.

Au sein de Black Areca, nous avons pleinement conscience de ces enjeux et nous disposons à la fois de l’expérience, de la connaissance et des compétences pour y répondre dans l’intérêt de nos clients.

Grâce à notre expérience internationale et notamment africaine aussi bien dans le secteur financier et bancaire qu’industriel et commercial, nous vous offrons des prestations de bout en bout aux standards des meilleures banques d’affaires et des plus grands cabinets de conseil : Stratégie, Partenariats, Financement, Couverture des risques, Mise en œuvre.

Enfin, notre structure flexible et à taille humaine nous permet d’être particulièrement réactifs et compétitifs.

En Afrique, les ménages disposant de revenus supérieurs à 20.000 $/an sont plus nombreux qu’en Inde.
Le PIB total de l’Afrique est aujourd’hui aussi important que celui du Brésil ou de la Russie.
Avec près de 440 millions d’habitants en 2050, le Nigeria sera sans doute le 3ème pays le plus peuplé du monde, devant les USA.
Entre 2000 et 2008, les Investissements Directs à l’Etranger ont été multipliés par 7 en Afrique pour atteindre 62 milliards $.
En moins de 10 ans, la part du Privé dans l’exploitation des ports à conteneurs en Afrique est passée d’environ 15 % à 70 % avec des investissements gigantesques à la clé.
Les opérations de capital-risque sont passées de près de 750 millions $ en 2003 à près de 1,3 milliard $ en 2012 en Afrique subsaharienne.
La vente en gros et en détail, la construction, les transports, les télécommunications et l’intermédiation financière sont à l’origine de plus d’1/3 de la croissance du continent africain et affichent des taux de croissance annuels supérieurs à 6%.
En 2000, les pays émergents captaient près de 8% des exportations africaines contre 22 % en 2011.
50% de la population africaine est âgée de moins de 25 ans.
Le secteur minier ne représente plus que le 1/3 du PIB africain.

×